INTERVIEW LUCIANO & MIKEY GENERAL LE 14 NOVEMBRE 2009 A PARIS

REALISE PAR POTER / PHOTOS DJEDJE

 

Quelques jours après leur performance au Cabaret Sauvage l’équipe de Live and direct à rencontré Luciano et Mikey General pour une interview. Big up à Dready de Soulvybz ainsi qu’à CO2 activity pour la connexion.

Est-ce que tu peux te présenter pour les gens qui ne te connaissent pas en France ?

Mikey General. Je suis originaire de Kingston en Jamaïque, je suis un vétéran qui chante depuis de nombreuses années. En 2010 ça fera 30 ans que j’ai commencé ma carrière. J’ai commencé à chanter à l’église. En grandissant j’écoutais les chansons diffusées à la radio et je me suis mis à écouter la musique des sound system. J’ai été attiré par les sound system et j’ai commencé ma carrière très tôt. J’ai réalisé mon premier enregistrement en 1980, en 1982 je suis parti vivre en Angleterre et j’ai continué ma carrière là bas. J’ai fait de nombreux enregistrements pour les labels Dub Vendor et Fashion records. J’ai aussi chanté pour Saxon et Dancehall Vibes, des sound systems bien connus là bas. En 1985 j’ai fait partie des premiers artistes à enregistrer pour le label Xterminator de Fatis Burrell.En 1992 je suis reparti vivre en Jamaïque, c’est à ce moment que j’ai rencontré Luciano. J’ai commencé à tourner avec l’équipe Xterminator durant 7 ans, avec des artistes comme Luciano, Sizzla, Jesse Jendah, Shadow man. En 1999, moi et Luciano avons commencé à tourner ensemble. Jusqu’à aujourd’hui j’ai continué à collaborer avec Luciano, à tourner dans le monde entier pour répandre le message rastafari.

Avec quels sound system as-tu les meilleurs souvenirs ?

Mikey General. Tu sais j’ai chanté dans beaucoup de sound system dans ma vie. Mais je dirais Saxon en Angleterre. Saxon m’a aidé à devenir plus professionnel, j’étais rémunéré, ils m’ont aidé à gérer ma carrière. J’ai aussi apprécié les artistes de la famille Saxone comme Papa Levy, Tippa Irie, Maxi Priest, et Smiley Culture.

Comment as-tu rencontré Luciano et comment travailles tu avec lui dans la musique ?

Mikey General. J’ai rencontré Luciano au studio de Castro Brown. Castor Brown est un producteur qui vivait en Angleterre et qui a travaillé avec Dennis Brown. C’était d’ailleurs son manager. Il a ouvert un studio en Jamaïque, et c’est là bas que j’ai rencontré Luciano. Castro Brown a été un des premiers producteurs de Luciano. Son studio était fréquenté par de nombreux artistes et beaucoup d’ingénieurs sons anglais et américains s’y rendaient pour réaliser leurs enregistrements. A la même période Luciano et moi avons rencontré Fatis Burrell de chez Xterminator et nous avons travaillé avec son label. Le public connaît ce qu’il s’est passé ensuite. Luciano a signé chez Island records, il gagné en notoriété et a commencé à tourner à travers le monde.
Nous avons collaboré sur beaucoup de chansons, mais ce que j’apprécie c’est son état d’esprit. On partage le même état d’esprit et la même vision pour beaucoup de choses, on est comme des frères. Luciano est une personne spirituelle qui aime Jah. Son objectif est de faire un travail sérieux et positif à travers la musique. C’est mon objectif aussi, je veux réaliser quelque chose de positif grâce à la musique et j’aime Jah. On travaille donc ensemble de manière naturelle.

Tu viens de nous donner un album, est ce qu’il s’agit de ton dernier album ?

Mikey General. Oui il est sorti en 2008, cet album s’appelle « Confidence in self ».

Quel est le message principal de l’album ?

Mikey General. Le message de l’album est dans le titre, il s’agit d’avoir confiance en soi. Marcus Garvey a dit « la vie est un combat, sans confiance en toi, tu as perdu d’avance ». Il est très important de savoir qui nous sommes et de croire en nos capacités. Dans la vie, tant de personnes n’ont pas confiance en elles, elles ne se respectent pas, n’ont pas d’amour pour elles mêmes.
Avoir confiance en soi, avoir une estime de soi et se respecter, c’est le message principal que je transmets dans cet album. J’aborde aussi d’autres thèmes, le fait qu’il soit nécessaire de se battre au quotidien pour s’en sortir. Je chante un titre avec Luciano intitulé « Steal away », qui raconte que nous quittons Babylone à la recherche d’un endroit pour prier et que nous nous battons tous les jours pour vivre dans ce système. L’ensemble des titres de l’album représentent un message d’espoir pour encourager les gens à être fort et à avoir la foi dans ce qu’ils entreprennent. On vit dans un monde difficile, chaque jour tu as des factures à payer, beaucoup de personnes ont du mal à s’en sortir et veulent baisser les bras. Je les encourage à tenir bon et à garder la foi car Jah est présent et ne les laissera pas tomber. Chacun doit croire en ses propres capacités et se battre pour faire ce qu’il a envie de faire.

En tant que vétéran, quel est ton point de vue sur l’évolution de la musique reggae ?

Mikey General. Je me rappelle des débuts de cette musique, avec des artistes comme Bob Marley, Peter Tosh, Dennis Brown, qui ont posé les fondations du reggae. Plus tard, des artistes comme Josey Wales et Charlie Chaplin sont apparus avec un style DJ qui a influencé le courant dancehall que l’on connaît aujourd’hui. Dans les années 80 les paroles « slackness » ont fait leur apparition avec certains chanteurs comme Yellowman et General Echo, ils ont porté préjudice au roots reggae avec leurs chansons. Le slackness s’est bien répandu mais n’est pas devenu dominant pour autant. Ce courant s’est surtout développé dans les sound system et les chanteurs « slack » enregistraient peu de leurs chansons. Aujourd’hui n’importe quel artiste peut sortir un disque avec des lyrics « slack » et ça nuit véritablement à la musique reggae. Mais on remercie Jah car il y a beaucoup de chanteurs comme moi Mikey General, Luciano, Tony rebel, la jeune génération avec Richie spice, Fantan Mojah, Turbulence, Lutan fyah, Chuck fender, Duane Stephenson, Tarrus Riley, Jah Cure, Etana, Queen Ifrica, tous ces artistes perpétuent le message originel du reggae. Aujourd’hui on peut dire que le mouvement reggae est divisé. Certains jeunes artistes sont attachés aux fondements du reggae et apportent un message positif, et d’autres font du dancehall. Je remercie tous les ceux qui perpétuent les fondamentaux et qui contribuent à faire vivre cette musique. Il y aura un espoir dans le reggae tant que le message rastafari sera véhiculé par les artistes, car le message rastafari est éternel, tu comprends ? Il ne peut pas disparaître et il y aura toujours des jeunes pour prêcher le message rasta. Donc il y a un espoir, on ne laissera pas les gens penser que le dancehall a pris l’ascendant sur le roots reggae. Le roots reggae va vivre et va s’imposer. Tu vois bien que la musique dancehall ne dure pas, les titres sont à la mode pendant deux mois et ensuite on en entend plus parler. Regardes Burning Spear, il a soixante ans et il tourne toujours, il continue d’interpréter les chansons du début de sa carrière comme « Old Marcus Garvey », une chanson qu’il chantait il y a 40 ans ! Cet exemple te montre à quel point il est important de faire de la bonne musique, et c’est ma mission et celle de Luciano. On veut que nos chansons vivent toujours et qu’elles sonnent vraies quand le public les écoutera dans plusieurs dizaines d’années.

Il y a six mois, tu étais en France pour donner plusieurs concerts dans le cadre du « Yes we can tour » Quelles sont tes impressions sur le public français ?

Luciano. Je pense sincèrement que mes fans français aiment la musique. Même en venant plusieurs fois par an, ils continuent de venir me voir, et je sens qu’ils prennent du plaisir en assistant à mes concerts. Je tourne depuis 1995 et mes fans européens m’ont toujours témoigné beaucoup d’amour et d’intérêt. Il y a eu juste une tournée qui a été annulée mais c’était en dehors de ma volonté. On tourne depuis de nombreuses années et le public nous aime toujours autant, je leur rends cet amour à travers ma musique qui vient du cœur. Je chante avec mon cœur, pour moi il ne s’agit pas simplement de monter sur scène et de donner un concert, c’est une implication personnelle.

Ca fait plusieurs années que des sound system me demandent de collaborer avec eux pour une tournée. Mon agent et moi n’avions pas vraiment pris en considération cette opportunité. Et j’ai finalement décidé de faire cette tournée, nuff respect aux frères Dready et Fatta (Soul Vybz) pour leur travail. Ca fait plusieurs années qu’ils me parlaient de ce projet et c’est un honneur pour moi de faire cette tournée. Certaines personnes m’ont dit que j’allais détruire ma carrière avec cette tournée, mais ils ne peuvent pas dire ça ! Quand j’ai commencé ma carrière c’est les sound system qui m’ont aidé à me faire connaître. Je me rappelle de mes dub plates pour les sound Kilimandjaro, Stone love, ou encore Saxon en Angleterre. On faisait notre promotion seuls à l’époque, les agents professionnels ont commencé à s’intéresser à moi alors que j’étais déjà connu et que nous avions déjà réalisé un gros travail. Nuff respect aux sound system pour leur contribution à la musique reggae !

Vous êtes en France depuis une semaine ?

Luciano. Oui, c’est la première fois qu’on reste si longtemps. Normalement lorsqu’on est en tournée avec le backing band on joue le soir et on prend la route après le show ou le lendemain matin. On est très pressé et ca ne nous permet pas de visiter les villes et d’avoir le temps de faire du shopping.

Qu’avez-vous fait depuis une semaine ? Est-ce que vous avez collaboré avec des artistes français ?

Luciano. On a fait un peu de shopping, un peu de cuisine, et un peu de nettoyage aussi (rires).
Mikey General. Et on a fait de la musique aussi !
Luciano. Oui on a fait beaucoup de dub plates, honnêtement ça a été une semaine dédiée aux dub plates. On a aussi donné des interviews. C’était une semaine relaxante qu’on a consacré à la musique. On a eu plus de temps que d’habitude pour se relaxer et connaître Paris.
Mikey General. Je suis d’accord avec Luciano à 100%. C’est la première fois que je reste si longtemps à Paris et on a eu le temps de prendre la vibe de la ville, mon français s’améliore (rires).

Est ce que tu travailles sur un nouvel album ?

Luciano. Je viens juste de terminer un album pour VP records. Le producteur de l’album est Frenchie de chez Maximum sound, c’est un grand producteur. J’ai déjà enregistré plusieurs titres pour lui comme le titre invasion (Know my herb riddim). On a décidé avec VP records que Frenchie serait le producteur, je le connais depuis plusieurs années maintenant et c’est un honneur pour moi de travailler avec lui. Beaucoup de producteurs talentueux viennent d’Europe et ils contribuent à faire vivre la musique roots reggae. Je les soutiens car ils font de très bons riddims, pas des riddims bidons. Par exemple le Doctor Darling riddim (Germaican records) sur lequel j’ai chanté le titre « Stay away » vient d’Allemagne, donc nuff respect aux producteurs européens. L’album doit sortir en Janvier ou Février 2010.

As-tu le nom de l’album ?

Luciano. Non, nous n’avons pas encore décidé. Dès que l’album sera finalisé je le ferai savoir à mes fans. Donc surveillez ma page Myspace et mon site web.

Quels sont les messages abordés sur le nouvel album ?

Luciano. Les thèmes collent à l’actualité, je continue à aborder des sujets qui parlent aux gens et à mettre en avant les problèmes auxquels ils sont confrontés dans la vie de tous les jours comme un messager.

On vient de parler des jeunes artistes reggae avec Mikey general, as-tu une structure pour promouvoir de jeunes artistes ?

Luciano. Oui j’ai un label qui s’appelle « Jah messenjah label » et je souhaite vraiment le développer. Je n’ai pas eu le temps de me consacrer à son développement car je suis occupé avec ma propre carrière. Je voudrais travailler avec plusieurs artistes comme Milton Blake, Baba Tunde, Skanka B, Bitter roots, tu as du entendre parler de Milton blake il déjà sorti quelques clips vidéos et quelques titres, retenez son nom ! Il y a aussi une artiste qui s’appelle Empress Amanla. Je vais réaliser de la musique de qualité avec ces artistes. Depuis que je travaille avec VP, je n’ai pas eu le temps de me consacrer à mes projets. C’est le dernier album que je vais sortir avec eux donc normalement j’aurai plus de temps pour mes projets.

Est-ce que tu envisages de signer un nouveau deal avec VP ?

Luciano. Je ne souhaite pas prolonger le deal que j’ai avec eux pour l’instant. On va sortir le prochain album et je vais voir comment VP va le développer. Pour le moment j’ai envie d’être un artiste indépendant, j’ai envie de travailler sur mes projets par exemple développer mon label pour aider de jeunes artistes. Je sais que je dispose de bonnes connexions dans le business et que je pourrai faire avancer mes projets.

Que pensez-vous du mouvement reggae en France ?

Mikey General. Je pense que la France est une des capitales du reggae. Il y a beaucoup de jeunes de la Martinique et de la Guadeloupe qui chantent en Français et aident le reggae à se développer, ils contribuent à répandre un message positif. Je connais aussi Pierpoljak. Je sais que Winston Mc Annuf et Rod Taylor vivent en France. J’aime la scène reggae en France même s’il y a beaucoup de fans de dancehall, la plupart du public est attaché au reggae roots. Les français contribuent au développement du reggae roots et lui permettent de continuer à exister, merci beaucoup !

Est-ce que tu partages la même opinion que Mikey General ?

Luciano. Absolument, j’ai collaboré avec plusieurs artistes français, j’ai fait un featuring sur le titre « shake it up tonight » mais je ne me rappelle pas du nom du chanteur.
Je tiens à dire que les artistes reggae français connaissent le pouvoir de la musique et ils apportent leur contribution au mouvement. J’ai aussi collaboré avec Daddy Nuttea.

Votre message à faire passer à vos fans français ?

Luciano. Je tiens à les remercier pour leur soutien au fil des années car à l’époque où je tournais sans l’appui de maison de disque mon véritable soutien était mon public. Je remercie aussi les promoteurs et la presse qui se sont intéressés à moi et qui ont cru en moi. Je continue de chanter pour vous, ce message vient du cœur ! Merci beaucoup !

Mikey General. Je tiens dire au public français que je les aime car ils ont soutenu Mikey General au fil des années et ils ont aussi soutenu la musique roots reggae. Nous continuerons à faire de la bonne musique tant que nous aurons un tel soutien. Grâce à nos fans nous serons là pour délivrer notre message à travers le monde et leur apporter notre soutien.

Discographie sélective de Luciano

- Strive / King of the nile riddim

- Heavy load to carry / Mad notes riddim

- Ransom / Gangstalaw riddim

- Travelling / National front riddim

- Darkness / Jah is my navigator / For I - Album Jah is my navigator

- Cry for justice / Many things - Album Jah words

Dernier album de Mikey General : Confidence in self

 

LIVEANDDIRECT.FR 2009-2012