INTERVIEW DOREEN SHAFFER, LE 21 JANVIER 2010 A PARIS

REALISE PAR DOCTORBIRD

 

DOREEN, PARLEZ NOUS DE VOS DEBUTS A STUDIO ONE

J’ai débutée à Studio 1 en 1964. A l’époque je suis allée là-bas pour une audition, et pendant que j’attendais, j’ai observée que Coxsone, on l’appelait Coxsone ou Sir D, renvoyait beaucoup d’aspirants artistes qui attendaient leur tour comme moi, en leur disant de revenir la semaine prochaine, le mois prochain ou encore l’année d’après. Je me suis dit que ca allait également être mon cas rapidement, et il a du sentir l’anxiété monter en moi. Il m’a dit, toi tu restes ici, tu attends. Et il a continué à renvoyer presque tout le monde. Sur le coup je n’ai pas vraiment réalisée la chance que j’ai eue, car je débutais vraiment dans le monde de la musique. Mais des années après j’ai compris que s’il n’avait pas aimé ma voix, et que si lui ou un autre m’avait dit « reviens l’année prochaine », j’aurais eu un long chemin à faire pour continuer à vouloir être chanteuse. Il m’aurait fallu persévérer, et retravailler ma technique et mon tour de chant avant de revenir. En fin de séance, mr Dodd m’a présenté à Lloyd Knibb, le batteur. Cela a été mon premier contact avec ces musiciens qui n’étaient à ce moment la que des musiciens de studios, faisant souvent des aller et retours entre le studio 1 de mr Dodd et le treasure isle de Duke Reid, car ils n’avaient pas encore le nom et l’identité des skatalites. Il m’a ensuite présenté Jackie Mittoo et Lloyd Brevett. Le lendemain j ‘ai rencontré Jah Jerry le guitariste original du groupe, et Lloyd Knibb m’a parlé de leur intention de monter tous ensemble un groupe, car les gens voulaient voir qui jouait derrière les chansons qu’ils entendaient chaque semaine à la radio. C’est pour cette raison qu’ils ont formés the skatalites. Ils m’ont ensuite dit que si j’étais intéressée, ils aimeraient bien m’avoir comme chanteuse, et j’ai dit oui tout en sachant que j’allais devoir faire face à ma mère en rentrant chez moi, car elle ne verrait pas ca d’un bon oeil. En fait elle ne voulait même pas entendre parler de musique! Mais j’ai malgré tout acceptée leur proposition, et le dimanche d’après, une répétition fut organisée. Lloyd Knibb est venu me chercher (il passait toujours me prendre et me ramenait chez moi ensuite), et nous sommes allés à la salle de répétition de Bournemouth garden. C’est là-bas que tout a réellement commencé. Dans le groupe il y avait Lloyd Knibb à la batterie bien sur, Lloyd Brevett à la contrebasse, Jah Jerry à la guitare, Jackie Mittoo aux claviers, Tommy McCook et Roland Alphonso aux sax tenor. Il y avait également Scully aux percussions, ainsi que Lord Tanamo, Jackie Opel, Tony Dacosta et moi-même au chant. (Je lui montre la pochette de l’album « foundation ska » ou l’on voit les skatalites au complet) Oui c’est bien cela, sauf que ce guitariste n’est pas Jah Jerry, car il ne pouvait pas être présent ce jour là pour la photo (elle regarde attentivement la pochette de longues secondes). Je suis vraiment contente d’être encore là pour divertir les gens avec ma musique, c’est vraiment quelque chose que j’aime faire et je suis ravie de pouvoir le faire encore aujourd’hui.

VOTRE PREMIERE CHANSON ENREGISTREE FUT « ADORABLE YOU» ?

Oui, à l’époque j’écoutais beaucoup Dinah Washington, c’était et c’est encore la chanteuse que je préfère. Et lorsque j’ai voulu écrire mes propres paroles, c’est naturellement que je me suis laissé inspirer par son influence, en y mettant mon propre phrasé. C’est comme ca qu’est née « adorable you » et que j’ai commencée ma carrière. Ensuite, à studio one ils m’ont demandé comment j’avais pu écrire une telle chanson, je leur ai tout expliqué et ils m’ont dit qu’elle était super!

ENSUITE IL Y A EU « WELCOME YOU BACK HOME » ET « THE VOW » AVEC JACKIE OPEL

C’était une période ou les producteurs voulaient des chansons en duos, alors après « adorable you » Coxsone a suggéré que l’on fasse ces chansons ensemble, ce que l’on a fait, et elles ont d’ailleurs pas mal marchés. On répétait ensemble le samedi ou le dimanche. Ces chansons sont de compositions originales de Jackie Opel, lui seul en a écrit les paroles.

VOUS FAISIEZ EGALEMENT DES CONCERTS LE DIMANCHE. COMMENT CELA SE PASSAIT IL ?

Le dimanche était organisé ce que l’on appelait des « matiné dance » parce que cela commencait vers midi, jusqu’à la tombée de la nuit. Chacun pouvait venir et partir à n’importe quelle heure. Ce fut de grands moments pour moi, j’ai beaucoup appris là-bas en compagnie des meilleurs musiciens, mais aussi de chanteurs talentueux, comme les Clarendonians, Pat Kelly ou encore Ken Boothe… Certains ne sont plus la, je pense à des gens comme Tyrone Taylor ou Delroy Wilson par exemple, mais cela m’a permis de rencontrer plein d’artistes. Aujourd’hui je voyage beaucoup plus qu’a l’époque, et lors de festivals je rencontre plein d’artistes jamaicains ou d’origine jamaicaine aussi différents que Shaggy, Damian Marley, Buju Banton ou Luciano. C’est très excitant de pouvoir rencontrer ces artistes d’une autre génération que la mienne et d’échanger des choses avec eux. Personnellement j’essaye toujours de donner le meilleur de moi-même comme au premier jour, afin que tous soit heureux et satisfaits.

CE SOIR C’ETAIT MAGIQUE DE POUVOIR VOUS ECOUTER CHANTER TOUTES CES CHANSONS

(Rire)…merci !

APRES STUDIO ONE VOUS AVEZ ENREGISTREE UNE QUINZAINE DE SINGLES POUR BUNNY LEE. CEPENDANT AUCUN LP N’EST JAMAIS SORTI, POURQUOI ?

Le groupe des skatalites a duré environ un an ou moins peut être, et lorsque l’on s’est séparés, j’ai saisi l’opportunité de partir aux Bahamas pour travailler là-bas pendant dix huit mois. J’étais dans un club appelé « islandos », qui à aujourd’hui été transformé en casino je crois. J’ai été très bien recue là-bas, et je me suis bien amusée. A mon retour en Jamaique, j’ai travaillé avec Bunny Lee comme producteur. Il avait également Jackie Edwards qui chantait des chansons pour lui, et c’est naturellement que nous avons ensemble refait les duos que je faisais avec Jackie Opel.

VOUS AVEZ AUSSI COLLABOREE AVEC SLIM SMITH A CETTE PERIODE?

Slim Smith ? Non je ne crois pas, je ne me souviens pas…je crois avoir fait « scarlet rebound » avec lui peut être, je crois que c’étais lui mais je ne suis pas sur…J’ai beaucoup travaillée avec Bunny Lee et parfois j’ai du mal à me souvenir de tout.

EN TOUT CAS VOUS AVEZ ENREGISTREE EN 1969 UNE REPRISE UN PEU SPECIALE POUR NOUS AUTRES FRANÇAIS, IL S’AGIT DE « THE DOG IN THE WINDOW » (reprise d’une chanson de…Line Renaud sur un chien qu’elle apercoit dans un magasin avant de vouloir l acheter) OU L’AVEZ-VOUS ENTENDU ?

Oh « doggy » (rire) En fait elle passait souvent à la radio, et comme Bunny aimait beaucoup cette chanson, il m’a donc suggéré de la chanter. Alors j’ai dit oui, je l’ai faite pour lui. A l’époque c’était une chanson qui l’excitait énormément (rire). On peut dire que j’ai ramené ce chien à la vie, sous une forme plus reggae (rire).

PUIS VOUS ETES RETOURNEE A STUDIO ONE ENREGISTRER DE NOUVELLES CHANSONS DANS LES ANNEES 70

Oui, j’ai refait quelques enregistrements, j’avais déjà fait « sugar sugar » qui était devenu un hit, et puis d’autres… je ne peux pas me souvenir de tous (rire) c’est pour cela que les notes de pochettes sont pratiques (rire).

IL Y A CETTE CHANSON QUE J’AIME BEAUCOUP « MR HEARTBREAKER »

« mr heartbreaker » ? A studio one ? Je ne me souviens pas. A qui était destinée cette chanson ?

A QUELQU’UN QUI VOUS AVAIT BRISE LE CŒUR ET A QUI VOUS SOUHAITIEZ LA MEME CHOSE…

(Rire) Je ne sais plus…Honnêtement j’ai enregistré pour plein de producteurs différents, et parfois il arrive qu’ils mettent votre nom sur une pochette sans que ce soit vous qui chantiez sur le disque (rire).

AVEZ-VOUS EN PROJET DE REEDITER CES SINGLES JAMAIS SORTIS SUR ALBUM ?

Mais je ne possède pas ces disques (rire). Vous savez moi je fais de la musique pour des producteurs, et ce sont eux qui ont les disques et les bandes. Par exemple, la dernière fois que j’ai vu Bunny Lee à Londres, je lui ai demandé de me donner ces disques ou je chante, je sais qu’il les a.

IL Y A EU EGALEMENT CET ALBUM « READ ME RIGHT » AVEC NAOMI PHILIPS SORTI EN 1979 SUR NATIONWIDE. IL EST TRES DIFFICILE A TROUVER

Oui en fait il n’est sorti qu’en Angleterre…Il y a là-bas un autre Duke Reid qui y habite, et c’est lui qui a sorti ce disque. En fait je n’ai pas eu de nouvelles depuis très longtemps et je ne sais pas trop ce qui se passe avec ce disque. Il y a dessus quelques morceaux que j’ai écrits moi-même et que j’aime beaucoup, dont la chanson titre, mais je n’en sais pas vraiment plus maintenant. On me l’avait présenté à l’époque en Jamaique ou il enregistrait divers artistes, et je l’avais ainsi rencontré dans un studio en compagnie de Naomi Philips que je connaissais déjà. C’était une bonne chanteuse mais ne mettait pas assez d’elle dans son chant ne travaillait pas assez sa voix a mon gout. Elle a fait quelques chœurs sur ce disque et l’on chante aussi en duo. Je crois que cet album avait été enregistré au studio Aquarius si mes souvenirs sont exacts.

ET UN AUTRE PRODUIT PAR LLOYD CAMPBELL SORTI EN 1980

« Wonderful sounds » enregistré presque en même temps que « read me right », il contient quelques jolies ballades, j’essaye de mettre la main sur une copie de celui-ci, histoire de me rafraichir la mémoire et de pouvoir retravailler ces chansons afin de les jouer sur scène.

PARLONS DE CE NOUVEL LP ENREGISTRE AVEC MOON INVADERS…ENCORE BEAUCOUP DE REPRISES DONT LE SPLENDIDE « SOFTLY AS IN A MORNING SUNRISE »

Oui nous allons répéter ce morceau pour pouvoir le jouer sur scène…Nous ne l’avons pas encore joué, mais si il plait vraiment aux gens nous allons le faire. Pour le moment nous avons eu pas mal de route à faire pendant la tournée, et du coup pas vraiment le temps de travailler certaines chansons, mais ca va venir.

LA VERSION DE « YOU’RE WONDERING NOW » EST TRES DIFFERENTE DE CELLE JOUEE AVEC SKATALITES…

Oui cela ressemble plus à un bongo. Vous l’aimez ?

OUI ELLE EST SUPERBE !

Je me posais la question de savoir si les gens allaient l’adopter ou non. C’est le groupe qui ma demandé de faire une nouvelle version. Celle-ci est très soft.

A QUAND REMONTE LA RENCONTRE AVEC MOON INVADERS ?

Il y a trois ou quatre ans je crois. Nos chemins se sont croisés par le biais d’Ossie qui travaille chez mosquito (label allemand). En fait j’avais travaillée avec un groupe texan nommé Stingers atx, et l’on devait jouer à un festival ensemble, mais lorsque je suis arrivée, le groupe venait de se séparer. On m’a donc présenté aux moon invaders, et comme notre collaboration ensemble s’était vraiment très bien passée, nous avons décidé de travailler ensemble sur mon prochain album. Lorsque j’ai commencé à travailler avec Mosquito, j’ai enregistré avec Doctor ring ding & the senior allstars, donc maintenant qu’ils sont aussi séparés je travaille avec les moon invaders. C’est aussi simple que cela.

ON M’A SOUFFLE QU’IL DEVAIT EGALEMENT Y AVOIR QUELQUES NOUVEAUX MORCEAUX EN PREPARATION AVEC EUX…

Oui, avec le groupe nous allons prendre quelques jours de repos pendant la tournée et en profiter pour faire de nouveaux enregistrements. Ce sera sans doute de nouvelles créations, car en ce moment je préfère privilégier les compositions originales aux reprises, car même si j’en joue beaucoup, j’apprécie plus le travail qui m’est propre, plutôt que celui d’un autre. Enfin on verra bien ce qu’il va en sortir…

 

LIVEANDDIRECT.FR 2009-2012