INTERVIEW CHEZIDEK, LE 10 FEVRIER 2012 A ST ANNS BAY, JA

REALISE PAR GUILLAUME MOREL (REGGAESESSION.FR) / PHOTOS DJULL, POTER, SERGE

 

LD: tu as commencé comme dj, pourquoi avoir changé de nom et de style ?
C: En fait j'étais chanteur avant même d'avoir un début de carriére en tant que DJ. les gens m'appelaient chiller range parcequ'en chantant je saluais les filles. Aprés en devenant rasta, les autres fréres m'apelaient Melchezidek lors des "reasoning. j'essaye chaque jour d'ecrire de meilleures chansons qui collent à ce que je suis aujourd'hui. On s'améliore en pratiquant.

RS: Comment decrirai tu ta relation avec la nature car tu as vécu de longues années hors du systeme ?
C: Je suis unis à la creation, je ne fais qu'"un". On depend tous de la creation. Plus tu es proche de la nature et plus tu es fort, plus tu es pure et plus tu est clean et plus tu es en bonne santé. Chaque fois que l'occasion m'est donné de fuir loin de Babylon et m'unir à la nature c'est une grande joie.

LD: Il y a t-il une différence entre les artistes de la campagne et ceux de kingston ?
C: La vie en ville, les obstacles, les challenges forcent ceux qui y vivent à penser différement de ceux qui vivent à la campagne. Bien sûr ceux de la campagne font face à des problémes aussi, mais c'est différent. Ils sont plus proches du Tout Puissant, à Jah. Nous on plante les graines, on prie, on chante pour la pluie. Le gars de Kingston est dans le ghetto uptown ou downtown et se contente de chanter sur les choses qu'il y voit comme les voitures, le bling bling, les armes. Nous on a les arbres, les rivieres, les montagnes, des gens bons et cools.

LD: Pour trouver des producteurs par contre cela doit être plus facile d'être en ville non ?
C: Oui, car dés qu'ils quittent l'ecole, ils ont des studios et des producteurs au coin de la rue. Ils sont donc connus jeunes. A la campagne, il faut être determinés et forts car c'est plus dur. En ville ils sont déjà dans le divertissement alors qu'à la campagne ils te disent "oui tu chantes bien" mais c'est à toi de bouger aux bons endroits...mais les choses changent il y a maintenant plusieurs studios.

LD: On etait avec Iqulah hier qui ns a connecté avec toi, comment l'as tu rencontré et comment considéres-tu son rôle dans le mouvement rasta ?
C:On est issus de St Ann tout les 2.Je le connais depuis tout jeune et je sais qu'il était trés actif dans la communauté rasta de St Ann. Il aide à unir la famille rasta. Il porte le message de Jah Rastafari. C'est un bon frére.

LD:Beaucoup de jeunes en Europe portent des locks mais peu savent leur vraie signification, quelle est selon toi la signification pour un rasta d'avoir des locks ?
C:Les rastas portent des locks comme une alliance avec le tout puissant Jah Rastafari..Mais porter des locks ne signifie pas forcément être rasta car beaucoup de peuples portaient des locks avant les rastas comme les indiens. En tant que rasta nous savons et comprenons la divinité de sa Majesté Hailé Sélassie, ns avons la connaissance de la culture et de nos racines.Certains ont des locks mais sont musulmans, bouddhistes même des fous en portent, des gars mauvais.D'autres n'en portent pas mais ont un esprit pur et propre.

LD: Un mot pour Fattis Burrell?
C:Il nous a aidé à maintenir une spiritualité en nous produisant une musique de qualité. Il a apporté sa contribution au reggae music. On ne peut pas l'ignorer. Il a produit mes 2 premiers albums. Je vivais ici mais pour aller de l'avant j'ai été en ville et je l'ai rencontré. Il m'a demandé de chanter, il a écouté et il a  aimé. J'en ai rencontré d'autres des grands producteurs mais ils me disaient "oui une autre fois peut être".

LD:Qu'as tu appris de tes voyages autour du monde ?
C:On pourrait passé tout le reste de l'année a parler de ce que j'ai appris de mes voyages. Il y a tellement de choses. C'est la chose la plus interessante avec ce travail, le fait de voyager, voir différentes facons de vivre, voir comment les gens apprécient la vie. Des choses que les gens détestent ici, d'autres les adorent ailleurs. Parfois en JA, c'est juste Dancehall mais ailleurs les gens aiment le Roots.

LD:1 ére en France ?
C: en 2006. Moi Lutan Fyah et Turbulence. 3 the hard way tour. Je prévois d'y retourner dés que possible car j'y ai là bas mon meilleur public actuellement. C'est en France que l'on aime le plus ma musique même si je ne parle pas francais. C'est l'esprit de Jah qui nous connecte.

LD: Tu as 1 label ?
C : Moi et ma reine. Il s'appelle "sensitive promotion". On travaille actuellement sur 1 album. On va produire du Roots mais aussi d'autres styles de musiques toujours avec un message positif.

LD: Ton actu ?
C:On est en train de produire un album justement avec "sensitive promotion". On a presque fini. Plein de musique live enregistrée a Portland et Ochi et Kingston, differentes vibes avec differents musiciens.

LD:Message ?
C: Merci pour l'amour et le soutien et la forte connection. J'arrive bientôt...

 

LIVEANDDIRECT.FR 2009-2012