P:"Blessed and Love, France!", Merci d'être venus me voir ici!!
L:c'est pour ça que nous sommes venus, pour rencontrer des gens comme toi!

L:Ou es tu né en Jamaique?
P:Je suis né dans la Jamaique profonde et rurale, dans la paroisse de ST THOMAS, dans une communauté appelée LYSSON. J'ai grandi la bas, et toute mon enfance s est passé la bas.

L:dans la campagne?
P:dans la campagne

L:Est-ce-que c est un avantage pour un enfant d'avoir des parents adventistes du septieme jour, quelles valeurs apprend-t-on? (l'église adventiste du septieme jour est une église reputée en Jamaique pour ses principes de vie saine, elle est tres présente dans l'ile)
P:Je ne sais pas si c est un avantage, mais de toute façon, quand tu es jeune, tu dois suivre les choix de tes parents, j'ai du ainsi me conformer aux principes de l'église adventiste.

L:Quels sont ces principes?
P:Ce sont l'Amour, la Bonté, la Fraternité,cela apprend a vivre ensemble et a avoir une idée de ce qu est la spiritualité. J'ai été un peu détourné de tout cela cependant, a cause de ce que le Monde a pu faire miroiter.

L:c'est un bon début.
P:oui, c'est un bon début, pour lequel je suis reconnaissant.

L:Qu'est ce qui t'a attiré vers la musique?
P:La musique c'était deja un aspect important de la devotion a l'église, mes parents chantaient dans la chorale. J'ai commencé a avoir un sentiment musical en voyant la belle émotion avec laquelle ma mère chantait le gospel, comment elle pouvait ainsi toucher les gens . Je me disais en étant enfant: "Je veux chanter comme maman, je veux l'enregistrer,je veux le mettre sur un cd et le vendre, pour que le Monde entier puisse entendre cela"

L:La musique c est un acte spirituel?
P:Ca a commencé pour moi par quelque chose de profondément spirituel,et puis j'ai introduit des themes sociaux dans le spirituel

L:Tu as fait une école d'électricité, est ce que cette formation t'aide parfois dans ton activité musicale?
P:En effet, je suis allé a Morant Bay All Age school, puis ensuite a Seafort secondary school, qui a l'époque était un lycée, ou j'ai suivi une formation en installation électrique, et pendant des années j'ai travaillé dans cette branche. Quand je suis venu a Kingston, je travaillais comme installateur electrique pour m'acheter les bandes de 24 pistes dont j'avais besoin pour enregistrer en studio. A l'age de 15-16 ans, je pouvais faire l'installation electrique d'une pièce complete. Le Tout-Puissant a conduit ma main et probablement m'a envoyé illuminer egalement le Monde! Techniquement, c'est vrai que ça m'aide parfois dans mon travail musical, par exemple en studio, s il y a un probleme avec un fil, je peux en identifier la cause. Le courant, c'est un va et vient, et la musique aussi c'est un courant, c'est une énergie, ça illumine le Monde, cela illumine ton ame, cela te fait rire, et si tu es triste cela te rend joyeux.

L:Ton talent pour chanter, c'est un don naturel? Et si oui, est ce que tu le travailles pour l'améliorer?
P:Oui, c'est un don naturel, et j'essaye de garder ce talent le plus authentique possible, tel que je l'apprecie chez Bob et Peter. Par exemple Peter Tosh, quand il chante, tu peux voir que son style, c'est un style purement naturel, authentique, sans deguiser ni forcer la voix. Ce que je fais aussi, c'est essayer de progresser, car c'est positif d'arriver a chanter aujourd'hui une note que tu ne pouvais pas chanter hier.

L:Est ce que tu suis des cours de chant?
P:Oui, mais j'essaye de faire cela par moi meme en trouvant de l'information sur l internet. J'essaye de chercher des moyens de me dépasser, de trouver de meilleurs cours, par exemple le programme SETTRIGS, que Michael Jackson a suivi aussi, de grands artistes étudient ce programme. J'essaye aussi d'enrichir mon vocabulaire, pour trouver des synonymes, j'essaye de m'interesser a des sujets differents pour me diversifier, de m'informer sur les problemes sociaux, economiques, spirituels, environnementaux. J'essaye d apprendre le plus possible.

L:A quel age as tu appris a jouer de la guitare, et as tu appris tout seul?
P:La plupart de ce que je sais, je l'ai appris tout seul, j'ai toujours eu un amour pour la guitare depuis un très jeune age, car je pense qu il y a une ame dans la guitare. Cependant, c'est assez récemment que j'ai eu une guitare.

L:A quel age?
P:Il y a a peu pres 7 ans. J'étais tellement fasciné par le son de la guitare, je savais que des que j'en aurai une, j'allais trouver une chanson, et apres cela, une, deux, trois.

L:Il faut beaucoup de pratique.
P:oui, beaucoup de pratique et de dévouement. C'est bien aussi pour diversifier ton talent, par exemple sur scene, parfois tu peux poser le micro et prendre une guitare. Regarde par exemple Burning Spear, il y a tellement de facettes differentes dans son talent, un instrument rend un artiste plus accompli, c'est chouette! Et aussi quand une guitare est bien accordée, cela te pousse a chanter juste.

L:Quelle musique as tu écouté en grandissant, et quels sont les artistes qui t'ont inspiré?
P:Principalement les artistes classiques, car mon pére et ma mére ecoutaient de la musique avec un message élevé, ils veillaient toujours a maintenir de hauts standards de moralité. Par exemple, ils ecoutaient Bob Marley, Peter Tosh, Bunny Wayler, Dennis Brown, Gregory Isaacs, Daddy U Roy et les tubes de Killimanjaro. Quand tu es enfant, tu absorbes cette musique et son message comme un tout, et quand tu as un probléme a resoudre, tu te souviens de ces paroles qui sont gravées en toi, par exemple tu as dans ta tete le slogan: "get up, stand up, stand up for your rights" de Bob Marley. (dresse toi pour faire valoir tes droits!) Il y a quelques troubles ou quelques disputes dans la communauté, et tu te rappelles de ces mots: "One Love, One Heart, Let us get together and feel allright" (Un seul Coeur, un seul Amour , rassemblons nous et tout ira bien). Il y a toujours cette musique et son message qui sont la pour te guider, que tu fasses du bien ou du mal, la musique donne au message encore plus d'impact. Car musique peut porter tres loin, elle est universelle, on voit tout le monde danser et chanter sur la musique, les riches, les pauvres, toutes sortes de gens. La musique est aussi une thérapie, on peut apprendre des tas de choses aux enfants en utilisant la musique, aussi il faut toujours garder a l'esprit que la musique doit véhiculer un message positif.

L:En 1998, tu as participé au JCDC song contest, avec une chanson appelée " Higher ground", est ce a ce moment que ta carriere a commencé?
P:Internationalement, oui. Mais pour moi, ma carriere a commencé au moment ou j'ai choisi de faire de la musique. J'ai essayé de m'impliquer dans cette tradition musicale jamaicaine qu'est le "festival song competition", j'ai fait cela pour percer sur le marché jamaicain, avec une choueete chanson appelée "Higher ground", mais je n'ai pas gagné. Cela m'a quand meme permis de monter sur scene, de faire des interviews a la radio, cela a renforcé ma motivation et ma confiance en soi. Ce passage a été tres important pour moi.

L:Pour qui as tu fait ton premier enregistrement, et quand?
P:Justement en 1998,avec cette chanson: "Higher ground", c'était pour monsieur Anderson, pour le label OMEGA

L:Apres tu as travaillé avec Coxsone. Quel genre de personne était Coxsone et qu'as tu appris de lui?
P:Ca a été un moment tres important pour moi, une transition dans ma vie. Apres 1998, je cherchais une famille musicale dans laquelle m'intégrer, qui puisse m encourager et me comprendre. Je connaissais Sony Murphy, un bon ami de Coxsone. Un jour, il a entendu mes chansons et m a dit: "Je ne sais pas si tu as le desir de progresser encore avec ta musique, tu sais que je suis tres proche de Sir Coxsone, je pourrais te presenter a lui, et peut-etre ça pourrait t'aider a franchir un nouveau cap" Quand j'ai entendu le nom de Coxsone, j'ai realisé que c'était l'homme qui avait enregistré Bob Marley, Peter Tosh, Gregory Isaacs, tous ces grands artistes, et j'ai repondu "oui, oui, bien sur je saisis l'occasion!!!". Il m'a emmené la-bas, c'était un jeudi, et Coxsone m'a dit que j'étais un génie, c'est le mot qu'il a employé, il m'a fait rentrer dans le studio, et nous avons commencé a travailler immédiatement. Nous avons fait quelques enregistrements, mais il est tombé malade, et finalement est décédé, que son ame sit benie, ou qu'il soit. Apres cela, je suis resté lié a cette famille musicale. Le fils de Coxsone a ré-ouvert le studio, 8 ans apres, et il ma appelé pour faire le premier enregistrement.

L:Peux tu nous dire ce qui se passe a STUDIO ONE de nos jours?
P:Je n'y passe que quelquefois, je pense qu'il font de la musique telle qu'elle est née la bas, du roots , ils sont fideles a leur légende. C'est marrant, parce qu'ils ne veulent pas te donner un riddim a travailler a la maison, c'est une façon de faire traditionnelle, mais ça marche! En perpetuant ce style de musique, ils sont les gardiens de la tradition. Une fois, j'y suis passé, et ils enregistraient quelque chose de Jackie Mittoo, Sly et Robbie étaient la. Ils ré-enregistrent les riddims traditionnels.

L:As -tu travaillé avec d autres producteurs?
P:J'ai travaillé avec beaucoup d autres producteurs, et j'ai conservé une bonne relation avec chacun d'entre eux!

L:Chacun?
P:Oui, j'essaye d'appliquer une bonne ethique a la musique, parce que, quand tu as de la moralité, cela donne de bonnes bases a ce que tu fais. On essaye de faire les choses jusqu'au bout, sans conflits, avec tout le serieux possible. J'ai travaillé pour TUFF GONG, pour Dean Fraser, pour Mickey Benett, Daddy Brownie, et dans un mix de chansons de Bob Marley produit par Delroy Wormbass Nevin. J'ai aussi un label personnel: Jah Alone records.

L:Quel est ton premier hit en Jamaique et pour quel label?
P:Mon premier hit en Jamaique, c'est en 2005, quand j'ai gagné le radio-crochet: "RED STRIPE BIG BREAK" organisé par IRIE FM, il y avait 867 candidats, et un seul a gagné, et ça a été moi!! La chanson s'appelait "Don t come tell me". Cette chanson m'a permis de me produire sur scene a mon premier REGGAE SUMFEST, dans la premiere des "international nights", avec Beres Hammond et AKON, c'était une super experience. Tout cela m'a permis de figurer sur la video du concert, et de bénéficier de la promotion faite sur IRIE FM, la radio la plus populaire de Jamaique. Ce radio-crochet a eu lieu a un moment ou, en Jamaique, on disait qu'il fallait qu'il y ait un changement dans la musique, a cause de la vulgarité dans certaines paroles de chansons. IRIE FM est une station de radio profondément culturelle, et pour aller contre cette tendance de vulgarité dans la musique, elle a lancé ce concours en association avec la marque de biere RED STRIPE. Donc ça a été mon premier hit en Jamaique, et c est a ce moment la que la popularité a commencé pour moi.

L:Ainsi tu appartiens a cette nouvelle génération d'artistes qui tentent d aller contre la slackness (musique avec des paroles vulgaires) et faire de la musique consciente?
P:Définitivement. Ma musique parle d'elle-meme et le message dans ma musique parle de lui-meme. Je cherche a partager ma façon de penser qui est une façon de penser roots. Apres 2005, j'ai participé a de nombreuses manifestations culturelles en Jamaique.

L:Prophecy c'est un nom tres fort pour un artiste, il faut assurer!!
P:Je n'ai pas choisi ce nom!

L:qui a choisi?
P:Monsieur Sonny Murphy, celui qui m'a emmené a Monsieur Coxsone.Au tout début, je faisais de mon mieux pour m'auto-produire convenablement, j'essayais de travailler sur mes enregistrements avec de bons musiciens, j'ai rassemblé quelques titres presentables, c'est la que j'ai emmené quelques morceaux a Monsieur Murphy, et un vendredi on était lui et moi assis dans son bar a ecouter cela. Il m'a dit alors: "Mais ceci c est de la prophecie!! c'est Prophecy ton nom, man!". Et depuis ce jour, ce nom m'est resté,il semblait correspondre a mon caractere et a mon message. Et je sais que je n'ai pas trahi ce nom, parce que j'ai grandi avec des valeurs et des principes moraux qui m'ont enseigné ce que c est que la responsabilité. J'ai une tres bonne équipe autour de moi et de tres bons soutiens moraux. Quand on est un jeune artiste, on voit autour de soi des gens qui font une musique assez mediocre , parce qu'ils aiment l'argent, le glamour, la hype. Si tu es un artiste culturel, roots, il faut que tu ancres cela femement dans ton coeur, car la tentation viendra, tu ne seras pas autant reconnu peut-etre que cet autre artiste qui est sous les projecteurs , mais crois moi, il y a des gens qui veulent ce message, qui veulent ce genre de musique, et cela se propage dans le Monde comme un incendie spontané. Ce genre de musique continue a progresser au dela des frontieres, de la Jamaique a l'Afrique, en passant par l'Europe, la Californie, partout c'est une joie, une bénédiction.

L:La musique c'est un style de vie permanent pour toi?
P:Reggaelife!!! Je vis une vie reggae!

L:La promotion, c'est important pour une carriere? Je vois tous les artistes jamaicains se déplacer ave des autocollants, des posters, des cd .
P:La Jamaique c'est le pays du reggae, il y a une statistique qui dit qu en Jamaique, 800 chansons sortent chaque jour.

L:800 chansons!
P:Il y en a des bonnes, il y en a des mauvaises, certaines auront du succes, d'autres non. Mais la musique se passe, MUSIC A GWAN!!! De nos jours, la concurrence est tres élevée. Il y a un petit nombre de concerts et beaucoup d'artistes, chaque artiste veut s'exposer, etre connu. Il se peut qu il n'y ait que 5 grands concerts par an qui soient vraiment importants. Au dela de ces concerts et entre ces concerts, quand tu veux faire quelque chose musicalement, il faut aller dans les rues. Alors nous allons faire de petits concerts dans les ghettos, et nous emmenons nos posters, nos drapeaux, nos autocollants, nos cd, nos flyers, et tout cela va faire qu on va etre connu, et peut etre meme propulser la musique a l'exterieur de l'ile, meme jusqu'en France.

L:nous ramenons les drapeaux comme souvenirs!
P:C'est pour encourager chaque artiste!! Quand je te donne un poster et que je le signe, cela te rappelle que tu as rencontré l'artiste en personne. Quand je te donne un drapeau et que je signe le drapeau, tu dis, c'est Prophecy, tiens je vais aller voir ce qu'il fait. Il y a de l'info sur les posters, les cd, tu peux aller voir mon site: www.prophecyreggae.com, et qui sait, peut etre tu est le prochain promoteur!! Nous faisons tout cela pour attirer les gens, ce sont les lois de la promotion, de l'attraction. Nous allons aussi dans les emissions de radio, de tele, meme parler aux enfants dans les ecoles, pour ma part j'ai une fondation qui leur fournit des cahiers.

L: Que fais tu par le biais de cette fondation?
P:Je rassemble des cahiers pour les enfants, avec mes propres finances ou avec celles d'amis qui ont foi dans ce projet. Parfois on fait la cuisine et on va nourrir les sans-abris dans Kingston.

L:Y a t il un lien internet pour la fondation, que nous pouvons visiter?
P:Je parle de tout cela dans ma biographie et sur mon site. Dans ma communauté, on observe aussi qui sont les enfants les plus démunis, et on s'assure qu ils n'aillent pas a l'ecole sans cahiers ni livres. Si je m'aperçois qu'un enfant a besoin de chaussures, ou d'uniforme, je m'efforce de lui en procurer.

L:L'education, c est important?
P:Tres important, c'est le fondement de toute société, c'est par l'education que la morale et les bons principes sont transmis. N'importe quelle forme d'éducation est profitable, pas uniquement les livres. On peut s'impliquer aussi en allant parler aux enfants dans les ecoles, je fais beaucoup cela aussi. J'ai du moi meme passer par ces differents stades, apprendre a lire, a me comprendre moi meme, a me comporter de façon correcte. Ainsi je ne suis pas un artiste qu'on voit uniquement sur une scene.

L:c'est une attitude permanente pour toi.
P:Oui, c'est une façon de se comporter dans la vie qui est permanente.

L:Sur ton premier album, BREAKLOOSE, qui est sorti en 2011, tu joues aussi de la guitare?
P:non, je ne joue pas de la guitare. A cette époque la, je savais seulement trouver les accords qui débutent les chansons, mais ça m'a beaucoup aidé deja! Sur mon prochain album qui doit bientot sortir, "A FREE MAN", j'ai progressé un peu.

L: Qui a produit cet album, BREAKLOOSE, quel est le label?
P:C'est un album de 14 titres, il parle d'amour, de themes divers, il peut t'inspirer si tu as de petits problemes emotionnels, il peut te conforter si tu es dans une humeur positive. Si tu es en train de réfléchir sur le Monde et ses problémes, sur la situation économique, tu y trouveras aussi une inspiration, il a beaucoup d'aspects differents. J'aime cet album, c'est mon premier album, il a figuré sur la liste des 40 albums nominés pour un grammy, avec ceux de Sizzla et de Singing Melody.

L: Pourquoi ça t'a pris tant de temps pour sortir un album?
P:Beaucoup de gens disent que je devrais deja avoir fait 10 albums, mais parfois c'est dur d'y arriver, il faut trouver l'état d'esprit qui convient pour faire de bonnes choses. J'ai pris mon temps parce que je voulais que ce soit fait de façon parfaite. Le budget a été aussi un probleme pour nous, j'ai du travailler d'autre part, rassembler mes moyens, faire deux ou trois bonnes chansons, puis une pause, puis encore d'autres chansons, avec les bonnes personnes, la bonne disposition d'esprit, et ainsi de suite. BREAKLOOSE a été bien accueilli, "Body bags", par exemple, a été numero un en Jamaique l'an dernier pendant 12 semaines, et j'ai eu 14 numero un a travers le Monde pour cette chanson.

L:Quel est le label?
P:JAH ALONE RECORDS, c'est mon label

L:c'est ton label perso, tu produis toi meme?
P:oui, je m'auto-produis

L:dans quels studios travailles tu le plus souvent?
P:TUFF GONG, et le studio de Mickey Benett, aussi a MIXING LAB. J'ai travaillé aussi au Canada et en AFRIQUE, par exemple j'ai fait une collaboration en AFRIQUE du SUD avec des pretres zulu, et une autre collaboration avec des jeunes d'une tribu zulu pour la SOUTH AFRICA BROADCASTING CORPORATION. J'ai fait tellement de travail partout pour cet album, en Californie aussi.
En 2002, j'ai été en Afrique du sud pour participer a 3 concerts en faveur de la lutte contre le sida organisés par Winnie Mandela, il y avait Rita Marley, Chaka Demus and Pliers, et moi. On a été a Durban et a Soweto. Je suis revenu en Afrique du Sud en 2007, apres la mort prematurée de LUCKY DUBE, pour figurer dans un documentaire a son sujet. Ils sont venus en Jamaique pour en tourner une partie avec son fils et sa fille, et je suis reparti avec l'equipe pour tourner l'autre partie avec eux la-bas. J'ai conclu un deal exclusif avec la SABC pour 10 ans. J'ai aussi tourné avec le groupe de Lucky Dube, son fils est un bon ami, toute son equipe de management aussi.

L:c'est quoi ce contrat avec la SABC? c est un contrat musical?
P:c'est un contrat exclusif au sujet de la chanson que j'ai faite pour Lucky Dube dans le cadre du documentaire, on la passe chaque année sur une période de 10 ans, a chaque fois qu'il y a des commémorations en l'honneur de Lucky Dube, sur la BBC, la CNN, et sur tout le continent africain. Winnie Mandela voulait que ce soit des jamaicains qui fassent cela, et que ce soit du reggae.

L:parce que le reggae est populaire en Afrique du Sud?
P:oui, tres populaire!
Winnie Mandela m'a aidé a comprendre mon role en tant qu artiste national, a jouer un role international en tant que representant de la Jamaique. Winnie Mandela, vraiment je lui dis merci!!!

L:Comment as tu trouvé l'Afrique du Sud?
P:C'était chouette! en plus j'allais la-bas faire 3 concerts en faveur de la lutte contre le sida. Apres avoir entendu tant de choses sur l'Afrique du Sud, que par exemple 1 personne sur 3 avait le sida, meme dans la police, et tout ce qu on racontait a ce sujet, je cherchais a toucher du doigt la realité de ce que j'avais entendu dans les nouvelles, alors que j'étais dans un hotel 5 étoiles. J'ai dit: "Emmenez moi hors de cet hotel, et conduisez moi la ou on se rend compte des mauvaises conditions de vie!", et alors ils m'ont emmené a SOWETO. J'avais reçu 400 dollars us pour mes frais quotidiens, j'en ai donné 50 a la communauté de SOWETO pour participer aux travaux pour le toit de la maison de quartier, et ces 50 dollars leur ont permis d acheter 8 citernes a eau pour mettre sur le toit. Apres Morgan Heritage sont aussi venu et leur ont donné 400 livres , d'autres personnes étaient la aussi a faire des dons, et ils ont recolté 1000 dollars us, et j'ai realisé que ces 1000 dollars pouvaient couvrir tout e toit de la maison de quartier de SOWETO. Je suis radical en ce qui concerne cette aide a l'AFRIQUE, si JAH me permet de faire des tournées regulieres, chaque fois que je le pourrai , j'essayerai d'aider l'Afrique de cette façon, peindre ceci, contribuer a la construction de cela, acheter des tableaux pour les ecoles, des dictionnaires, faire quelque chose. C'est comme cela que l'on fait des progres.

L:Quelles sont les solutions pour reduire les inégalités entre les pays du Sud et les pays du Nord?
P: etre conscient de soi meme

L:Et concretement, que peut faire chacun pour commencer a resoudre le probléme?
P:La premiere chose a faire, c'est de s'elever au dessus des circonstances et avoir une attitude positive. Je pense que la crise a laquelle nous assistons aujourd'hui est une crise de manque de conscience. De nos jours, on peut aller plus facilement d'une frontiere a une autre, on peut dialoguer entre peuples, et la musique peut avoir une profonde influence. C 'est pour cela qu'il ne faut pas cautionner la musique qui parle de guerre raciale, nous sommes tous ONE PEOPLE(un seul peuple) Le bien doit triompher du mal, j'ai confiance en cela!

L:Quels sont les concerts les plus importants ou tu te sois produit en Jamaique?
P:Reggae Sumfest, Rebel Salute, Eastfest, A ST MARY MI COME FROM,Western consciousness. Je me produis dans la plupart des concerts roots dans l'ile, ceux organisés par IRIE FM, ceux en l'honneur de Marcus Garvey; en fevrier, le concert organisé en l'honneur de DENNIS BROWN; je chante aussi dans les ecoles; je chante dans vraiment beaucoup d'endroits!!

L:Quel est le plus grand probleme environnemental en Jamaique?
P:Ce qui compte, c'est d'avoir la conscience qu'il convient a ce sujet, et bien souvent les circonstances economiques ne le permettent pas. Mais c est sur que le plastique, c'est le grand probleme, il faudrait organiser des collectes pour les bouteilles et des nettoyages de plage. On a besoin de recycler le plastique en Jamaique, on devrait avoir un moyen plus propre de le traiter, de le recycler, car c'est dangereux de le bruler. Je pense a JOHNSON, un californien, il defend ce genre d'idée dans ses chansons, en exhortant les gens a nettoyer les cotes.

L: Il n y a pas beaucoup de paroles de chansons dans la musique jamaicaine qui parlent d environnement
P:Non, on parle de filles sexy et d'aller danser dans les clubs. Mais nous devons comprendre que nous sommes interdependants, l'environnement et nous, nous devons comprendre que nous sommes seulement une espece vivante au milieu de millions d'autres. Si j'essaye de me sauver moi meme sans chercher a preserver la foret d'Amazonie ou sans penser aux enfants du futur, qu'en est-il du bien etre de la société?

L: est-ce-que ça fait partie de la destinée humaine de passer par des temps difficiles afin de devenir meilleur?
P: Nelson Mandela dit :"Il n y a pas de chemin facile pour arriver a la liberté, et beaucoup d'entre nous auront a marcher un million de fois a travers une vallée ou plane l'ombre de la mort avant d'arriver au sommet de la montagne". C'est positif parfois. En ce qui me concerne, j'essaye de prendre mes décisions de la façon la plus sage possible, mais si des obstacles se mettent en travers, j'appelle cela une experience.

L:Quel pourrait etre le commencement d'une solution pour resoudre les problémes dans les ghettos jamaicains?
P:Enlever les jeunes des shanty towns et les installer dans des quartiers convenables et decents. Les gens des ghettos ont des aspirations honorables, comme d'avoir de bonnes conditions materielles de vie. Le ghetto c'est un etat d'esprit dans lequel on est pris au piege, les tenement yards (habitat de ghetto), ce n'est bon pour elever les enfants de personne! De n importe quel endroit d'ou tu viennes, tu as besoin de la meme façon decente de gagner ta vie, de la meme stabilité. Tu pourrais etre d'AFRIQUE, de FRANCE, de BEVERLY HILLS, ce serait pareil. Nous sommes tous des gens avec le meme souhait: un toit sur notre tete, une bonne education pour nous et nos enfants, un bon salaire, et une vie decente et equilibrée. C'est la situation economique qui crée la pauvreté, et quand la pauvreté n'a rien d'autre en perspective pour s'en sortir, ça devient une impasse, un homme devient agressif et fait n'importe quoi pour survivre.


L: Dans tes projets futurs, est ce que figure venir en France?
P:France, je serais tellement flatté de te visiter!!! MC ANUFF me parle toujours de la FRANCE!!!WINSTON Mc ANUFF me dit toujours que quand moi, PROPHECY, je viendrai en France, ça me prendra 4 ans pour achever ma tournée et revenir en Jamaique, a cause de la nature de ma musique!! Je suis impatient de venir en France!!! Je suis pret, je suis pret!!!

L: et ton album a venir?
P: Je ne me depeche pas, je ne me precipite pas, le titre c est FREEMAN

L: est ce que tu as un souhait pour le Monde, PROPHECY?
P: Prospérité, Unité, One Love!!! Je voudrais que chacun, dans son imagination, se figure le Monde le plus parfait possible, et prie pour que ça le devienne, et travaille a cela! Un environnement propre, la pauvreté inexistante, aucune séparation raciale, nous JAH PEOPLE, nous pouvons arriver a creer cela!! ONE LOVE, comme dit BOB!!


L: as tu un message pour les fans de reggae en France?
P:FRANCE, I love you!!! C'est PROPHECY, j'arrive!!!! Vous pouvez me retrouver sur www.prophecyreggae.com, c'est mon site, ou il y a mon mail de contact. Vous pouvez aussi retrouver PROPHECY et son reggae band, car je dois aussi rendre hommage ici a mon groupe, sur facebook: cherchez: Rohan Prophecy Brown.
ONE LOVE FRANCE, SELASSIE I !