L:Quel est ton premier contact avec le Reggae ?
N:Alors mon premier contact avec le Reggae s'est fait en colonie de vacances, j'ai écouté du Reggae avec les plus anciens. Je suis rentré dans ma banlieue et j'ai été direct voir mon disquaire du coin pour lui demander le dernier album de Bob Marley, je savais pas qu'il était mort. Le mec m'a refilé la K7 LEGEND que j'ai usée jusqu'à en faire péter la bande tellement j'ai kiffé et j'ai jamais décroché. Ensuite j'ai enchainé comme tout le monde avec du Gladiators, du Misty in Roots, etc .... pour évoluer et élargir.

L:Tes artistes préférés ?
N:Aujourd'hui pour moi Bob Marley reste un personnage à part, sa musique aussi. C'est quand même the king of Reggae, ca n'engage que moi mais c'est quelque chose de siprituel, y'a une magie générale dans sa musique et y'a clairement quelque chose qui me touche dans sa musique. J'aime moins le Reggae majeur, les gens qui me connaissent le savent, ça me touche moins. Sinon je n'ai pas d'artiste préféré, je suis fan de Reggae Music.

L:Peux tu nous résumer ton parcours dans le Reggae ?
N:J'ai commencé avec un groupe qui s'appelle GUIDANCE, dans ce groupe y'a des gens comme BIM (Jérémie Dessus), Thomas Join Lambert qui sont passés. Des gars avec qui j'ai commencé la musique et qui m'ont donné envie de continuer. Ensuite j'ai eu la chance de rencontrer des groupes comme See Your Soul des mecs de Saumur qui m'ont fait tourné pas mal avec eux, des gars de Rennes aussi du groupe D-Roots Band avec qui j'ai bossé pas mal. Tous ces gens ce sont des groupes différents avec qui j'ai taffé et beaucoup appris. Ensuite j'ai rencontré Latypik, ensuite y'a eu Haileinse qui est devenue Colocks. Ca c'est enchainé avec plusieurs groupes, bien que percussioniste c'est pas la meilleure place, t'es un peu la dernière vis qui serre la dernière roue du carosse.

L:Comment s'est fait la rencontre avec les percus ?
N:Depuis tout jeune quand j'écoutais du Reggae Music je kiffais la basse, la batterie ainsi que la guitare. Mais le truc que je trouvais dingos c'est les percussions, pour moi ça jouait tout le temps quelque chose qui n'a rien a voir avec le reste mais qui était tout le temps super. J'ai eu une attirance direct pour cet instrument.

L:Comment as tu appris a en jouer ?
N:j'ai rencontré un mec qui s'appelle Miguel Fernandez, un percussioniste qui jouait des rythmes afro-cubains et mandingues, un professionnel avec un CV long comme le bras. Je l'ai appellé je lui ai dit "moi j'ai envie de me mettre dans les percussions, je suis à zéro, je sais à peine taper un temps, comment on fait ?" je lui ai ramené mes disques megaton dub de Lee Perry, mes vieux Scientist en lui disant voilà c'est ça que je veux apprendre a jouer. Le gars a été franc et m'a dit "non, non c'est pas possible moi je connais pas mais je peux t'apprendre les rythmes" donc on est partie sur des rythmes Mandingues et Afro-Cubain et j'ai bossé, bossé pendant 5 ou 6 ans à l'IACP a apprendre des rythmes traditionnels.

L:Quels sont tes modèles ?
N:Quelques grands percussioniste africains, personnellement j'ai été un grand fan de Soungalo Coulibaly qui est décédé, avec qui on avait fait une date avec le groupe Nyabinghi vibes qui est un groupe de Grenoble a qui je dois beaucoup aussi. Mamady Keita, j'aime beaucoup Adama Drame. Voila pour les plus connus en griots Africains. J'aime beaucoup Giovanni Hidalgo et Patato Valdes pour les percussions Cubaines. Et en musique jamaicaine Count Ossie pour moi c'est la référence, c'est avec ses enregistrements que j'ai appris. Skully Simms qui est pour moi le maître Burru et c'est aussi mon mentor. Mon rêve c'est de jouer comme Skully Simms.

L:Tu connait très bien Skully Simms, comment s'est faite la rencontre ?
N:Alors la rencontre s'est faite par le biais des Jamaica All Stars quand ils sont venus en France, et c'est BIM qui avait le link avec Fred des Zuluberlus qui m'a dit "Nico ya Skully en France faut absolument que tu ailles le check" donc voila c'est partie comme ça. J'ai appellé Fred des Zuluberlus j'ai déboulé à l'hotel avec deux tambours. Skully a commençé a joué dessus et on a passé la journée à jouer. Après c'était parti tous les jours on jouait et on foutait le bordel dans l'hotel. Et du coup pour symboliser tout ça je lui ai fabriqué un repeater (tambour rasta) que je lui ai offert pour le remercier de tout ce qu'il m'a appris.

L:Qu'as tu appris de spécial avec lui ?
N:J'ai tout réappris !!! Quand je me suis mis derrière le tambour avec lui et que je me suis mis a jouer du burru en me disant "ça doit être ça". C'était sûrement pas mal mais depuis je pense que j'ai pas mal appris.

L:Quel est ton meilleur souvenir avec lui ?
N:Mon meilleur souvenir c'est quand il est venu à la maison pour une repet (avec le groupe Colocks). Donc on s'est fait une repet toute la journée en bas dans le studio et arrivé six heures je devais ramener Skully à l'hotel mais il voulait pas rentrer. Il m'a dit "moi je suis ruff c'est moi qui décide je veux rester, appelle le manager moi je rentre pas je veux dormir ici!". Donc du coup j'appelle Fred pour lui dire que Skully reste à la maison. Donc voilà la journée de repet avec Skully et la nuit à manger du poisson ital ...... enfin c'était vraiment un super souvenir.

L:J'ai vu sur ta BIO que tu avais déposé la marque "NICODRUM" à l'INPI, tu peux nous en dire plus ?
N:J'ai déposé la marque vers 98 ,je crois tout simplement que j'ai commencé à fabriquer des "repeater" parce que c'était compliqué d'en trouver et c'était un projet depuis longtemps. Et je me suis dit tant qu'a faire autant déposer la marque à l'INPI pour officialiser le truc.

L:Comment as tu appris à les fabriquer ?
N:Un jour il m'a pris le délire d'essayer. J'ai été chercher du bois que j'ai découpé à la scie dans ma chambre avec un pote, on a collé à la main, tendu les chambres à airs avec les pieds. On a vu que c'était pas trop ça donc j'ai été à coté de chez moi chez un menusier.Je lui ai montré des photos de percu en lui disant ce que je voulais et le hasard a fait que ce mec construsait deja des basses et des enceintes de professionels, il a trouvé l'idée hallucinante. On a fait deux prototypes dont un que j'ai vendu à l'époque a "Sai Sai" j'ai gardé l'autre avec lequel j'ai fait quelques dates. Beaucoup de personnes m'on demandé ou je l'avais eu et du coup ça m'a motivé à faire d'autres modèles pour avoir des tambours différents. Et voila l'aventure est partie de là.

L:En fabriques tu encore aujourd'hui ?
N:Malheureusement j'ai plus beaucoup de temps pour fabriquer des tambours parce que ça demande pas mal d'énergie, de temps et d'investissement. Mais j'ai en projet pour septembre/octobre de faire une série.

L:Peux tu nous expliquer la signification de Fundehchan ?
N:C'est un mot qui sort un peu de ma tête, j'ai voulu l'écrire comme ça parce que Fundeh c'est le tambour accompagnateur qui fait le rythme de base. Et comme c'est la fondation du rythme Nyabinghi j'ai voulu faire un jeu de mots avec Fundeh que j'assume à fond la caisse

L:Comment est venue cette idée d'album perso ?
N:Je te parlais tout a l'heure du groupe Nyabinghi Vibes avec qui je jouais assez souvent y'a a peu prés dix ans et ça m'a donné envie de faire un disque, peut-être ensemble. Le temps passe on en reparlait, parallélement comme ils sont assez loin et que j'ai toujours mes potes de proximité donc en l'occurence toujours le même BIM pour ne citer que lui parce que à l'époque on se voyait souvent pour jouer ensemble, lui à la guitare et moi au tambour pour se faire plaisir. Puis à force de faire ça on est tombés sur une vibe qui était sympa que l'on a enregistrée avec le téléphone puis une deuxieme. Et là, je lui ai dit "écoute ça serait bien de se faire cet album, moi j'aimerais bien" puis il m'a motivé et tous les mecs qui sont sur l'album m'ont motivé aussi quand je leur ai parlé du projet. Donc voila c'est parti comme ça, une maquette sur le téléphone puis deux etc .. et c'est aussi grâce à l'équipe du Wise Studio Fabwize et Seb qui m'ont dit qu'ils étaient aussi partants pour l'aventure. Donc voila j'avais une équipe de dingues autour de moi et c'était le moment.

L:Combien de temps a pris la réalisation de ce projet ?
N:Entre le début des maquettes "sérieuses" et le record final il a dû se passer huit ou dix bons mois.

L:Quels sont les principaux problèmes ou obstacles ?
N:Là va falloir faire une interview de deux heures (rire) .... je peux même pas en parler tellement c'est énorme. Tout ceux qui produisent des albums te diront la même chose y'a jamais un plan qui se déroule sans probleme et moi j'ai eu le droit à un sacré cocktail. Musicalement pas de galères mais pour la logistique et l'administratif c'était assez compliqué

L:Qui a crée les riddims ? toi ? les musiciens ?
N:Sûrement pas moi, moi tout seul j'aurais juste un album de percussions et deux rythmiques guitare. Cet album il sonne comme ça parce que sur chaque titre y'a les gens qu'il faut. A la base sur chaque titre je voulais une certaine ambiance et je savais où je voulais en venir. Donc en gros j'ai demandé à chaque musicien de poser en fonction du rendu que je voulais avoir. Quand les gars venaient poser au studio comme Thomas Broussard par exemple il y avait juste le Fundeh, le Repeater et un petit piano. Le gars nous a fait une ligne de guitare qui a arraché tout le morceau. C'est de la composition nous on a composé de notre coté et lui il a collé sa patte et ça s'est passé comme ça pour chaque zicos. On a fait ça ensemble et c'est pourquoi on a déposé ça à la SACEM sinon y'aurait que mon nom.Si c'est moi qui avait tout fait il y aurait juste les tambours et une ligne de guitare ,mais loin de là. D'ailleurs double big up à tous les mecs, merci à vous tous parce que ça sonne comme ça sur l'album parce qu'on est tous ensemble.

L:Quel instru as tu joué sur cet album à part les percus ?
N:J'ai fait ce que je savais faire de mieux le Fundeh, la grosse basse drum et le Repeater ainsi que tous les petits accessoires que tu vas entendre.

L:Quel est le but de cet album ?
N:Oui y'a un but c'était de respecter une parole que j'ai donné à une personne qui a fait ce que je suis aujourd'hui autant musicalement que humainement. Cette personne nous a quitté en septembre dernier, donc c'était mon engagement de faire l'album et d'aller au bout des choses. C'est devenu un but;respecter cette parole bien que ça soit pas ce qui m'a motivé au départ.

L:L'album n'est pas 100% Reggae, c'est un choix par rapport à tes gouts personnels?
N:En fait, c'est même pas un choix ça s'est fait naturellement, dans le sens où j'avais même pas calculé si j'allais faire 8, 10 ou 12 titres. Je fais la musique que j'ai envie de faire avec les copains, je voulais que tout le monde soit content et qu'on se lache et que ça soit de la musique. Et la musique pour moi c'est quoi? c'est exprimer ce que tu as au fond de toi, donc tu vas chercher au fond
ce que tu as et tu le balances avec ton instrument. J'ai pas fait un album pour passer à la radio même si j'en serais très heureux mais c'est pas le but.Je vais pas mentir aux gens;on a fait un album pour se faire plaisir.

L:Ca nous permet de voyager musicalement à travers le monde 
N:C'est ce qu'on me dit souvent et je suis content parce que c'est un peu ce qu'on voulait faire. On voulait pas rester cantonnés en mode gros "Nya" avec des chants et des psaumes de la bible. Je voulais faire ça en mode plus ouvert et que ça soit pas destiné uniquement à un public de connaisseurs, que tout le monde puisse prendre le disque, l'écouter et découvrir que derrière y'a un vrai mouvement et une culture.

L:Un petit mot sur le label qui produit l'album
N:La production c'est TAMTAM qui est une petite association qui vient de produire aussi l'album de Max Livio, c'est le début des productions TAMTAM. Ce projet a été signé en édition avec la radio RFI et un autre éditeur qui s'appelle MUSICBOX. j'ai eu la chance que cet album devienne RFI talent, c'est une chance pour que la musique tourne et pour la faire découvrir comme je voulais au plus grand nombre. Y'a aussi la TEAMZIC qui est rattaché a TAMTAM.

L:Comment s'est faite la connexion avec TAMTAM ?
N:TAMTAM c'est une équipe que j'avais autour de moi qui voulait soutenir le projet. L'équipe a décidé de monter l'association pour lancer 'back to fundehchan" et pour le soutenir. On veut aussi dévelloper le coté percussions à notre échelle, on commence par un album et par la suite moi j'aimerais bien faire des ateliers et enseigner les rythmes.

L:Y'a t'il un artiste musicien ou chanteur que tu aurais voulu avoir sur ton album ?
N:Sur cet album on m'a proposé, Mo Kalamity par exemple qui avait écouté un titre au studio et qui avait bien accroché avec ce titre et je m'en excuse mais on n'a pas pu le faire parce que je voulais vraiment que ça reste instrumental. Mais en revanche maintenant qu'il est la, bon c'est un peu tôt pour en parler mais j'ai quelques projets. J'aimerais enregistrer un groupe ou deux, ou un chanteur ou deux sur quelques riddims et peut être sortir ça en 45T et peut être eventuellement sortir cet album en vynil.

L:Quels conseils donnerais-tu à un jeune percussioniste qui débute ?
N:De ne pas lacher et d'aller au bout des choses, la passion ça paie un jour et même si ça paie pas t'es récompensé parce que tu es passionné et dans la vie je comprends pas les gens qui n'ont pas de passion que ça soit la zik, la photo, l'art. Et toujours continuer, jamais lacher le morceau même si dans la vie à un moment tu dois quitter ça pour aller nourrir ta famille ..... lâche rien tu rentres chez toi tu continues et lâche jamais ton instrument parce que si tu le laisses tomber un mois lui te laisses tomber un an.

L:Que peut-on te souhaiter pour la suite ? 
N:Que tous ceux que j'aime se portent bien, moi aussi .... la santé avant tout. Musicalement que ça marche, quand je dis que ça marche ça veut dire écoulé mon petit stock de cd pour pouvoir en faire un deuxieme, parce que le but c'est d'en faire un deuxieme.

L:le mot de la fin pour toi ?
N:Merci à tous ceux qui soutiennent le projet de près ou de loin, ceux qui en parlent autour d'eux. Merci à tous les zicos, parce que cette aventure sans vous elle était inexistante. Et je souhaite le meilleur à tout le mouvement du Reggae français ...... Reggae music en avant faut rester unis
!!!